Vous avez un projet de tôlerie industrielle ? Notre entreprise est experte depuis plus de 60 ans du traitement de la tôle : pliage, soudage, roulage, découpe laser… Nous sommes disponibles pour échanger avec vous sur votre projet ! Découvrez dans cet article toutes les étapes de notre processus de fabrication.

Étape n°1 : analyse du besoin

Pour commencer, nous réceptionnons votre cahier des charges ou le document expliquant votre besoin. Nous nous adaptons à l’existant. Du simple croquis au plan détaillé, du court cahier des charges au plus complet, nous réceptionnons votre demande afin d’avoir une idée de votre projet. Nous en discutons avec vous pour cerner exactement votre besoin.

Étape n°2 : étude de faisabilité

Après analyse de votre demande, nous l’étudions afin de définir un devis pour cette prestation. Matière première, main d’oeuvre, complexité de la tâche… De nombreux facteurs entrent en compte pour analyser votre demande et faire une étude de faisabilité.

Étape n°3 : présentation du projet

Nous vous faisons ensuite une proposition de projet, vous préconisons des suggestions si nous avons, nous en discutons avec vous et nous mettons d’accord sur le projet.

Étape n°4 : réalisation de prototype

Nous réalisons un prototype avant de lancer la production en série. Cette étape permet de valider le projet, que celui-ci remplit toutes les conditions demandées et qu’il vous garantit satisfaction. Cette étape peut aussi permettre d’amener de nouvelles idées une fois le prototype entre les mains.

Étape n°5 : réalisation de la série

Lorsque le projet est validé, nous lançons la production en série. Cette étape se fait dans le respect des normes de sécurité. Nous assurons la qualité du produit fini. Nous utilisons les techniques nécessaires spécifiques à votre produit : pliage, roulage, découpe, soudure…

Vous avez des questionnements sur notre processus de fabrication ? Vous souhaitez travailler avec nous ? Contactez nous au plus vite, nous échangerons avec vous sur votre projet !

pliage de tôle - Ogier tôlerie

La tôlerie industrielle regroupe de nombreux mots que l’on peut confondre ou utiliser pour désigner une autre notion, lorsque l’on est peu familier avec ce secteur d’activité. Voici quelques définitions des mots les plus utilisés en tôlerie.

Assemblage : c’est la dernière phase de fabrication consistant à former un tout avec tous les éléments façonnés.

Brossage : il s’agit de traiter la tôle (aluminium ou inox) pour lui donner un aspect décoratif.

Cintrage : c’est la déformation d’un tube ou d’une barre en utilisant une cintreuse ou tout simplement pour transformer un produit cintré.

Découpe laser : processus de découpe grâce à un faisceau d’énergie laser. C’est la grande quantité d’énergie concentrée sur une petite surface qui permet la découpe.

Formage / formage de tôle : il s’agit d’un procédé de fabrication consistant à transformer la matière pour lui donner une forme. Par exemple, frapper une feuille de tôle à chaud ou à froid en fonction du résultat souhaité.

Fraisage : c’est une opération qui consiste à enlever de la matière pour obtenir une surface plane et rectiligne ou des courbures.

Galvanisation : il s’agit d’un traitement de surface qui permet de protéger une pièce de la corrosion grâce au zinc.

Laminage : c’est un procédé de fabrication qui fonctionne par déformation plastique.

Laquage : il s’agit de l’application de peinture sur le métal. Cette étape intervient généralement après la fabrication.

Pliage : le pliage est l’étape après la découpe qui permet de plier une pièce de tôle plane.

Poinçonnage : il s’agit d’une technique qui permet de découper / déformer une plaque de tôle en utilisant une presse CNC.

Roulage : le roulage consiste à rouler des plaques de tôles pour leur donner une forme cylindrique / de cône / de tronc de cône / de virole…

Sertissage : le sertissage permet d’assembler des pièces sans les coller ni les souder. On peut donc les démonter.

Soudage : c’est l’action d’assembler des pièces métalliques par combustion de gaz, arc électrique…

pliage de tôle

Le pliage de tôle peut se faire selon deux techniques bien distinctes : le pliage en l’air et le pliage en frappe. Quels sont ces deux procédés permettant de plier des plaques de tôles ?

Le pliage en frappe

Le pliage en frappe (ou pliage en fond de matrice) est réservé aux épaisseurs de tôle jusqu’à 2mm. Il s’agit d’un procédé comportant plusieurs phases : 

  • pendant la 1ère phase, la tôle subit un pliage en l’air jusqu’à ce que ses bords touchent les faces du vé. 
  • pendant la 2ème phase (la frappe), le pli épouse le profil de l’outillage et la tôle subit un matriçage : elle obtient le même angle que l’outillage.
  • enfin, la tôle fait l’objet d’un écrouissage élevé au niveau du pli (le pliage brise les effets de l’élasticité rémanente de la tôle).

Le pliage en frappe a pour objectif de supprimer l’effet retour élastique. Il nécessite une force très importante et permet d’obtenir des angles précis.

Le pliage en l’air

Pendant le processus du pliage en l’air, la tôle est placée dans le vé. Le contre-vé ou poinçon descend dans le vé et donne à la tôle l’angle souhaité. Selon la tolérance de l’épaisseur de la tôle, les flexions du tablier et du coulisseau, la dimensions des vés, etc, la formation de l’angle est différente.

Le matériau à plier influence aussi le processus : pour anticiper le retour élastique du métal, il faut parfois faire un angle plus prononcé (2° ou 3° de plus).

C’est le pliage en l’air qui est le plus utilisé dans le secteur de la tôlerie, mais le choix entre ces deux techniques se fera au cas par cas, en fonction des projets.

Vous avez un projet de tôlerie industrielle qui nécessite du pliage de tôle ? Notre entreprise Ogier est équipée des meilleures machines et vous fait bénéficier de son expérience de plus de 60 ans dans le domaine ! Contactez-nous pour discuter de votre projet !

roulage & croquage de tôle

Notre entreprise, spécialisée dans la tôlerie industrielle, travaille la tôle grâce aux procédés suivants : le roulage, le pliage, la découpe laser et la soudure. Mais lorsque l’on parle de roulage de tôle, on peut aussi entendre le terme “croquage”. En quoi celui-ci consiste-t-il ? Comment effectuons-nous du croquage de tôle ?

Mieux comprendre le roulage et croquage de tôle

Le roulage de tôle est un procédé qui consiste à transformer une plaque de tôle plane en un cône ou un cylindre. On peut utiliser pour cela différents types de rouleuses. 

Cependant, on peut également rouler la tôle par croquage : il s’agit de former plusieurs petits plis qui, progressivement, vont créer une courbe. Pour cette technique, il faut des machines bien spécifiques.

Roulage et croquage, le rendu de la matière sera différent. Avec un roulage classique, la tôle sera bien lisse alors qu’avec la technique du croquage, on observera une succession de petits pliages.

Quelles machines pour rouler et/ou croquer la tôle ?

On peut utiliser plusieurs machines pour rouler la tôle :

  • une rouleuse pyramidale à 3 rouleaux, dont le rouleau supérieur est amovible et pivote pour la sortie du cylindre terminé ;
  • une rouleuse “planeur” à 3 rouleaux, dont le rouleau supérieur est amovible et fixe pendant le roulage ;
  • une rouleuse “croqueur” à 4 rouleaux, dont un rouleau supérieur fixe pendant le roulage mais avec un palier amovible pour libérer la tôle une fois le roulage terminé. Il comporte aussi deux rouleaux excentrés et mobiles.

La rouleuse pyramidale ne permet pas d’effectuer du croquage : il faut donc effectuer celui-ci avant sinon la tôle comporte un méplat et le cylindre n’est pas circulaire.

La rouleuse “planeur” permet d’effectuer du croquage si l’on retourne la tôle après le roulage. Mais c’est la rouleuse “croqueur”, comme son nom l’indique, qui est la plus pratique pour effectuer du croquage. Avec cette machine, le croquage peut se faire des deux côtés sans avoir besoin d’enlever la plaque de tôle.

Un projet de roulage de tôle ?

Notre société est experte du roulage de tôle. Nous produisons cônes, cylindres, viroles en petite ou grande quantité. Vous avez un projet ? Contactez notre équipe !

tôlerie industrielle

Ogier est spécialiste de la tôlerie industrielle, et notamment du roulage de tôle. Mais peut-être avez-vous déjà entendu parler de « tôlerie fine” ? Quelle est la différence entre la tôlerie industrielle et la tôlerie fine ? Dans quels secteurs s’appliquent-elles ? Ogier Tôlerie vous donne plus d’informations dans cet article.

La tôlerie fine

Elle transforme les métaux comme l’acier, l’alu, l’inox en petites pièces (feuilles, barres ou tubes) afin de créer des produits de petite taille, comme des boîtes, des tiroirs, des coffrets… Pour la découpe de tôles fines, on utilise généralement la découpe laser, le poinçonnage ou le pliage.

On utilise la tôlerie fine dans des secteurs tels que l’électronique, l’informatique, le milieu médical ou aéronautique, par exemple. La tôlerie fine nécessite précision et travail minutieux.

La tôlerie industrielle

La tôlerie industrielle est un procédé qui consiste à travailler la tôle à l’aide de plusieurs techniques : le pliage, le soudage (ou soudure), le roulage, la découpe… Elle vise à créer des objets de plus grande envergure, tels que des cheminées, des bacs, des poubelles, des cuves… qui peuvent être créés sous forme de prototype ou bien en série. 

La tôlerie industrielle, en fonction de la taille du produit à créer, peut nécessiter des parcs machines de plus grande taille. En effet, des machines puissantes et précises sont nécessaires pour obtenir des produits finis minutieusement conçus.

Processus complet, la tôlerie industrielle comprend aussi des finitions : galvanisation, zingage, cataphorèse, polissage, passivation, peinture…

La tôlerie industrielle va intervenir dans de nombreux domaines : bâtiment, firmes industrielles, mobilier d’intérieur ou urbain…

Un projet de tôlerie industrielle ?

Votre projet s’inscrit dans cette lignée ? Contactez notre équipe pour en discuter ! Nous vous accompagnons dans vos projets de tôlerie grâce à une équipe compétences, un savoir faire de plus de 60 ans et un matériel de haute qualité !

Soudage - Ogier Tôlerie industrielle

Pour le soudage de plusieurs pièces de métal entre elles, il existe plusieurs techniques, que l’on peut regrouper en 3 techniques : la soudure homogène, que l’on utilise lorsque les métaux soudés sont de même nature ; la soudure hétérogène de type A, lorsque l’on associe des métaux de base de même nature avec un métal d’apport d’une autre nature ; et la soudure hétérogène de type B : les métaux de base et le métal d’apport sont de nature différentes. Ogier vous explique tout cela en détail dans cet article.

Les différentes techniques de soudage

  • Le soudage à l’arc électrique : soudure MIG-MAG, soudure TIG, soudure plasma

Cette technique consiste à élever la température au point de fusion des métaux à l’aide d’un arc électrique. Au contact de l’électricité, le point de soudure chauffe et cela permet la fusion des différentes pièces de métal. On retrouve dans cette technique la soudure MIG, TIG, plasma… Le soudage à l’arc électrique nécessite un poste à souder, une électrode soudure, du fil à souder et une baguette à souder. 

  • Le soudage laser

Le soudage est généré par un faisceau laser. La technique consiste à augmenter la température, mais de façon très rapide et très forte. Cette technique est précise, rapide, et très peu visible sur le produit fini. On utilise pour cette technique une machine laser.

  • Le soudage orbital

Cette technique consiste à faire tourner un arc en continu à 360°, autour d’une pièce cylindrique. En effet, sur ce type de pièces, le soudage manuel est plus difficile (mais pas impossible). C’est pourquoi le soudage orbital mécanisé permet une plus grande maîtrise grâce à des programmes. On peut utiliser quasiment tous les métaux avec cette technique : les aciers les plus durs et les plus résistants, les aciers au carbone, nickel, titane, cuivre, alu…

Quelle technique utilisons-nous ?

Chez Ogier Tôlerie, nous utilisons la soudure robotique, la soudure TIG, la soudure MIG-MAG et la soudure par points. Nous travaillons ainsi sur des pièces en inox, en aluminium, en acier.

Vous avez un projet de soudure ? Contactez notre équipe pour en discuter avec nous !

découpe laser

Pour découper la tôle, la découpe laser connaît un succès grandissant de part son efficacité et sa précision. Plusieurs types de machines sont utilisés et ont révolutionné le processus de découpe. Il existe trois types de machines qui permettent de faire de la découpe laser : les machines traditionnelles CO2, les machines fibres de nouvelle génération et le laser révolutionnaire à diode directe.

Les trois grands types de machines de découpe laser

Le laser traditionnel CO2

Particulièrement utile pour les tôles de plus de 4mm, cette machine fonctionne à l’électricité et au CO2. Elle crée un faisceau laser qui sera ensuite appliqué sur la tôle. Cette machine fonctionne à haute température et est donc équipée d’un refroidisseur.

Les machines fibres de nouvelle génération

Ces machines utilisent des fibres optiques pompées par diodes et sont des machines solides, avec moins de composants et sans consommable gazeux. Cette machine permet une coupe plus précise et une réduction des coûts. Le diamètre créé est beaucoup plus petit qu’avec un laser traditionnel CO2, ce qui explique sa meilleure précision. Cette machine est adaptée pour des matériaux plus minces ou réfléchissants, comme le laiton, le cuivre ou l’aluminium. 

La technologie laser à diode directe

Plus connue sous l’acronyme DDL, cette technologie utilise des diodes et tient son efficacité du fait que l’élimination du processus intermédiaire. Fiable, sans compromis sur la qualité du faisceau, le DDL propose des performances de coupe exceptionnelles, rapides et de haute qualité, même sur des tôles épaisses.

Vous avez un projet de découpe laser ?

Contacter Ogier pour votre projet de découpe laser. Nous utilisons des machines de type (à compléter) et vous garantissant une haute qualité et une précision hors pair de vos plaques de tôles.

chaudronnerie : quelques définitions - tôlerie industrielle

OGIER est spécialiste de la tôlerie et de la chaudronnerie, métier qui consiste à travailler les métaux comme l’inox, l’acier, le cuivre, etc pour fabriquer des équipements. Quelles sont les étapes du métier de chaudronnier tôlier ? Quelles méthodes de travail sont utilisées ?

Les étapes de la chaudronnerie / tôlerie

Dans tout projet de chaudronnerie / tôlerie, on distingue 3 étapes. La conception consiste à étudier le projet, mettre sur papier l’objet à construire, puis tracer sur les grandes plaques de tôle les indications qui vont permettre de couper la bonne forme. Une fois découpés, il s’agira de mettre en forme les pièces via différents procédés (pliage, cintrage, roulage…) puis assembler les pièces entre elle, par soudure, pointage, ou même rivet, agrafe ou colle.

Dans le cas d’un projet de grande envergure, par exemple une cuverie ou une tuyauterie industrielle, le chaudronnier tôlier peut faire du suivi de chantier, directement sur place, pour l’assemblage.

Pour certains professionnels, après l’installation, on compte l’entretien et la réparation en cas de besoin des équipements industriels.

Quelles sont les méthodes de travail utilisées ?

En tôlerie industrielle / chaudronnerie, on utilise aujourd’hui des techniques pointues. Si au Moyen-Âge, nos ancêtres travaillaient manuellement pour concevoir des chaudrons et des objets religieux, la tôlerie industrielle aujourd’hui est équipée de machines telles que la presse à emboutir, les tours à repousser…

Cependant, certaines pratiques ancestrales sont toujours utilisées aujourd’hui ! C’est le cas du traçage, qui consiste à dessiner sur les tôles avant de les découper, ou encore de la retreinte et de l’emboutissage, qui permettent de plier la tôle soit vers l’extérieur ou soit vers le centre. Enfin, après ces étapes vient le planage qui consiste à durcir le métal, le solidifier et le polir.

Vous avez un projet de tôlerie industrielle ? N’hésitez pas à contacter notre équipe pour nous expliquer en détails votre souhait !

Formage de tôle - Ogier tôlerie

La tôlerie industrielle et plus particulièrement, le formage de tôles peuvent avoir de beaux jours devant eux. Et pour cause ! Ce procédé est la source de la production de nombreux biens industriels. Entre définitions, applications et techniques de formage : petit tour d’horizon.

Former des tôles pour répondre à des besoins multiples et variés

Le concept de formage de tôle peut se définir en la transformation d’une tôle plate (feuillard) obtenue par laminage (à froid ou à chaud), en un produit fini par déformation ou pliage.

Bande en rouleau (bobine de tôle)

Feuillard (paquet de tôle)

Le pliage vient généralement après un autre processus de fabrication : la découpe laser. Le niveau de technicité des machines à commandes numériques permet à ce jour d’effectuer des modifications très précises, peu importe le type de métal (laiton, inox, aluminium…).

Par conséquent, cette faculté d’effectuer des transformations sur mesure, ouvre les portes de la quasi-totalité des secteurs industriels. Ainsi, la tôlerie industrielle œuvre pour:

  • l’industrie automobile
  • l’industrie électro-ménager
  • l’industrie aéronautique
  • l’industrie alimentaire…

Les divers procédés de pliage

Outre le pliage, il existe deux autres procédés qui permettent le travail de la tôle par déformation plastique:

  • l’emboutissage sur presses et matrices. Cette technique de fabrication à froid permet, à partir d’une feuille de tôle, d’obtenir un objet dit non développable. L’objet creux ainsi obtenu, doit être exempt de plis sur les flancs et de différences d’épaisseur
  • le profilage entre galets tournants. Dans une suite de cages à galets, un feuillard va subir des déformations progressives jusqu’à l’obtention de la forme désirée. La précision des machines à commande numérique permet de travailler la tôle sans modifier son épaisseur initiale.

Une force appliquée soumet le métal à un effort qui dépasse sa limite d’élasticité, le faisant se déformer plastiquement. De cette façon, la feuille peut être pliée ou étirée dans une variété de formes complexes.

Vous avez un projet de formage de tôle ? Contactez notre entreprise pour plus d’informations, nous serons ravis de vous accompagner dans votre projet !

roulage de tôle - Ogier tôlerie industrielle

Le roulage de tôle est une technique de chaudronnerie pour le formage des métaux.

Ce procédé est reconnu pour ses capacités et sa flexibilité pour répondre à de nombreuses demandes pour des formes sur-mesure : cylindrique, conique, tronc de cône, ovale, triangulaire, carré

Notre tôlerie est équipée de 13 rouleuses, ce qui nous permet de réaliser tous types de roulage de tôle, suivant votre projet…

roulage de tôle et de cône - Ogier tôlerie

Quels matériaux pouvons-nous rouler ?

Notre équipe forme et roule des tôles  à partir de plusieurs types de matériaux :

Le roulage de tôle inox, acier, aluminium, laiton, tôle galvanisée,… (Les tôles peuvent être : perforée, laquée, protégée de PVC…)

Les types de forme que nous réalisons :

  •       Virole
  •       Cône et tronc de cône
  •       Cylindre
  •       Triangle
  •       Carré
  •       Ou suivant vos besoins (multi-rayons)

Garantir un roulage de qualité avec un respect des délais

En tant qu’expert en roulage de tôles industrielles, nous mettons tout en œuvre pour respecter les délais engagés. Nous produisons des pièces à l’unité ou en série avec une technique qui s’adapte à différentes épaisseurs.

Vous avez un projet en roulage de tôle ? Contactez-nous via notre formulaire de contact Nous serons ravis d’échanger sur votre projet et étudierons ensemble sa faisabilité !